Sur les bons conseils de notre libraire, voici 4 petites pépites à la médiathèque. Les thématiques abordées sont justes et nécessaires et abordent sans fard le harcèlement, la notion de consentement et ce qui touche à l’apparence.

 

Les éditions Magnard Jeunesse éditent en rafale 4 petits livres percutants qui sont autant de façon de s’interroger sur notre monde et notre relation aux autres. Certains avaient déjà été publiés sous un autre titre, les voilà regroupés dans une collection qui a une identité visuelle forte : La Brève. En bonus, on peut écouter le texte lu par l’auteur, alors découvre les vite !

 

« Au poil » de Sophie Adriansen      R ADR

Omé a des poils. Elle s’en fiche comme de sa première tétine mais pas son entourage : sa mère l’envoie se faire épiler, une habitude qu’a déjà la meilleure amie d’Omé. L’expérience est douloureuse, ce qui lui donne à réfléchir. Pourquoi devrait-elle se débarrasser de ses poils ?
Une rencontre avec des femmes qui ne s’épilent pas et l’assument décide Omé : elle en fera autant. Mais saura-t-elle rester debout face aux jugements des autres collégiens ?

 

« Six contre un » de Cécile Alix      R ALI

Chaque jour, Ludo est bousculé, moqué, humilié par six garçons de son collège. Chaque jour, il encaisse. Les intimidations, la peur, et même les coups.
Jusqu’où iront-ils ? Quelle sera l'issue ?
Et si, alors que tout semble désespéré, restait un souffle, une promesse d'équilibre ?

 

« Ma story » de Julien Dufresne-Lamy         R DUF

Castée pour participer à l’émission de télé-réalité Le Dernier Survivant, Batool explose sur les réseaux sociaux. Sur Instagram et Twitter, on parle d’elle comme de la guerrière du jeu. Mais en quelques jours, à cause d’une phrase sortie de son contexte, tout bascule. Insultée par ses followers, lâchée par ses amis, Batool voit sa vie s’effondrer : désormais, la cible à abattre, c’est elle.

 

« Ni prince ni charmant » de Florence Medina         R MED

Sur les réseaux sociaux, Louis, le meilleur ami de Tristan, est accusé d’agression sexuelle, et même de viol.

C’est de la pure diffamation, évidemment.

Évidemment ? Et s’il y avait du vrai dans ces dénonciations ? D’ailleurs, Tristan repense à un épisode de sa propre histoire avec Amina, six mois plus tôt. Ce soir-là, il a été lourd. Plus que lourd ? Existe-t-il, sur les portables des filles, un fil de discussion où il est lui aussi étiqueté «problématique » ?

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir